Interview accordée à La Petite Bulle Littéraire

Publié le

INTERVIEW AUTEUR 🔍
Place aujourd’hui à Nadia Chakhari (Hindi Lotus) qui va vous présenter son univers.
🧬 Pour commencer, parlez moi de vous.
Bonjour, je m’appelle Chakhari Nadia, j’habite dans le sud de la France.
J’ai longtemps travaillé dans le tourisme pour être au plus proche des voyageurs du monde. En 2010, je me suis reconvertie dans la comptabilité.
📝 Qu’est ce qui vous a emmené à l’écriture ? Parlez-moi de vos débuts ?
Depuis 2016, la dépression et la maladie m’ont beaucoup isolées, j’ai toujours écrit pour me purger des sentiments et des émotions négatives qui me submergeaient. Puis petit à petit, avec un travail sur moi-même, j’ai eu envie de partager ce qui comptait le plus pour moi, j’ai créé une page Facebook pour partager mon amour pour l’Inde.
Mais ce n’était pas suffisant. Alors j’ai décidé d’unir l’écriture et tout ce qui touche à ce beau pays en commençant par la poésie. Très vite, l’histoire d’Umberlee m’est venue à l’esprit.
📚 Parlez-nous de vos écrits

Le premier ouvrage que j’ai écrit et corrigé est Mandala Indien, un recueil de poésie qui vient tout juste d'être publier.

Pourquoi ai-je commencé par la poésie ??
La poésie exprime le mieux ma philosophie de la vie. C'est une voix intime qui ne cesse de murmurer en moi, c'est ma façon personnelle de m'approprier le monde, de l’humaniser selon mes propres critères, de le rendre conforme à cette part de moi-même dans le souci constant de m’y ressourcer et d’y renaître.
D'après moi, la poésie est présente partout, et d’abord dans la nature. Elle permet de la restituer grâce au langage, afin d’efface la laideur du monde.
Je souhaite susciter une émotion, en faisant découvrir la culture indienne et sa mythologie pour créer une parole neuve et différente, une autre tonalité par un rapprochement insolite des mots. Pour atteindre cette perception particulière, je procède à des analogies et à des métaphores parfois inspirées de la mythologie indienne. Car la poésie n’est jamais plus grande que lorsqu’elle éveille la surprise, provoque l’émerveillement.
Mon deuxième ouvrage est un roman historique, bien sûr sur l’Inde. Je trouvais que son histoire pourtant très riche était très méconnue en France. Ses légendes et sa mythologie n’ont rien à envier à la mythologie grecque ou slave. Je me suis proposé comme défis de les dépoussiérer pour les faire connaître au grand public.
📗 Ds projets?
J’ai beaucoup de projets à venir. Je viens de signer un partenariat avec cardbook édition pour faire connaître mon livre sous forme de carte A5 contenant un QR Code pour accéder au livre numérique. Ce nouveau concept m’a séduit, car il démocratise le livre, il vous suffit d’acheter la carte tout en faisant vos courses et de l’envoyer par poste pour l’offrir avec un mot personnalisé.
➡️https://www.cardbookedition.fr/
Côté livre, le tome 2 Samsàra, la revanche des Thugs sortira fin janvier ou début février 2022. C’est le moment le plus attendu. Je peaufine encore la couverture avec mon illustratrice Émilie Camatte, elle sera plus sombre et plus mature que la première, tout comme mon héroïne.
Le roman, La dernière est Sati, est en cours d'écriture. Je viens de terminer le dixième chapitre.
Enfin, j’ai aussi le projet de vendre des cartes postales poétiques, un excellent moyen de redonner à la poésie ses blasons et faire découvrir l’Inde.
🤝 Maison d’édition ou auto-édition?
Je suis auto-éditée, c’est un choix difficile, mais que j’ai voulu. Je ne cherche pas à plaire au plus grand nombre, je veux partager ce qui est important pour moi. Certaines valeurs et des idées à travers mes récits. Je ne cherche pas à tout faire du chiffre, donc passer par un éditeur qui va reformater le livre pour vendre à tout prix, ne m’intéresse pas.
💡 Où trouvez vous votre inspiration ? Votre quotidien ou vos anecdotes personnelles, nourrissent-ils vos histoires ?
Je trouve mon inspiration dans la musique indienne, qui insuffle en moi les images que je retranscris ensuite à l’écrit.
Très souvent, je rêve de mes personnages et de leurs aventures. Ce sont en fait eux qui écrivent l’histoire, je ne suis que la plume qui les fait passer de mon imaginaire à l’écrit. J’entends même leurs voix dans ma tête.
Bien sûr, des anecdotes personnelles sont parsemées ici et là dans l’histoire. Notamment dans le titre Samsàra que je suis. Une femme qui est revenue plusieurs fois à la vie, dans mes relations avec ma famille, mon entourage et dans ma vie professionnelle Je suis chacun des personnages. Seuls les intimes seraient capables de me reconnaître en eux.
😍 Être écrivain, c’est un métier ou une passion pour vous ?
Être écrivain est une passion pour moi, je n’en vis pas pour le moment. Je ne désespère pas pour autant. Ce qui me motive pour l’instant, c’est d’écrire pour partager, je suis heureuse quand on me contacte pour parler du livre.
🗓 Avez vous un rituel d’écriture?
Ma muse comme je l’ai dit auparavant, c’est la musique. Je ne peux pas avancer sur un chapitre sans musique. J’écoute de l’hindi, du Punjabi depuis l’âge de 10 ans. La musique me transporte dans mon univers et me permet de visualiser dans mon esprit les scènes. Très souvent, l’inspiration me vient tard la nuit.
📆 Improvisez vous en cours d’écriture ou suivez-vous un plan bien défini dès le départ ?
J’improvise toujours quand j’écris une histoire. Je prépare toujours mon schéma narratif, avec l’intrigue et le dénouement. Le nom des personnages me vient petit à petit. Puis les scènes me viennent au fils des jours. Chaque scène qui en temps et en heures. Très souvent, j’écris les scènes en désordre suivant mon inspiration puis avec le logiciel scrivener je les replace au bon endroit.
Mon fils participe aux idées, il sait comment je fonctionne et m’appuie dans mes choix. Au dîner, c’est devenu un rituel, je lui raconte les nouveaux épisodes et en quelque sorte, il valide ou non. Donc parfois je réécris certains passages qu’il jugeait incohérents.
🥰 Hormis l’écriture, quelles sont vos autres passions ?
Mon autre passion est la danse classique indienne, le barathanathyam. C’est une autre forme d’expression artistique qui me correspond bien, car je suis une personne qui aime partager et raconter des histoires depuis toute petite. Je m’exprime beaucoup avec les mains, il m’a paru logique de me mettre à cette danse qui allie les mudras des gestes codifiés et l'abhinaya, la gestuelle du corps pour transmettre des émotions. Cette maîtrise du bharatanatyam demande tout comme l’écriture beaucoup de patience, persévérance et de passion.
📖 Quelle lectrice êtes-vous ?
J’étais une grande lectrice, plus jeune et je passais beaucoup de temps dans les bibliothèques. J’aime les romans d’aventures, de fantasy et de fantastique. Malheureusement, avec la vie professionnelle et les enfants, j’ai arrêté un temps. Ce n’est qu’en 2016, suite à de nombreuses hospitalisations que j’ai repris la lecture.
Le livre pour lequel j’ai eu un coup de foudre, c’est Pinjar le squelette d'Amita Pritam. c'est le livre qui a déclenché en moi l'envie d'associer la littérature française à l’Inde. Je le recommande pour les curieux et les passionnés de l’Inde.
🖊 Avez-vous des conseils pour un aspirant écrivain ?
Je lui conseillerais d’être patient et de ne jamais abandonner face aux nombreuses difficultés qu’il rencontrera. Mais aussi et d’être assidu dans son travail, l’écriture vient en écrivant.
🖌 Collaborez-vous avec des chroniqueurs ?
J’ai proposé récemment mon roman Samsàra sur le site simplement Pro, je viens de recevoir mes premières propositions de service presse.
✂️ Le mot de la fin…
Être lecteur, pour moi, c’est avoir l’âme voyageuse. Lancez-vous à l’aventure, ne jugez pas le livre que sur la notoriété d’un auteur. Découvrez de nouveaux auteurs, vous pourriez être surpris. On ne sort jamais indemne d’un livre, vous en sortirez forcément grandis. Lisez pour lire, ouvrez un livre au hasard, ne vous forgez pas d’idées d’après la couverture.
🛍 Retrouvez le livre de l’auteure par ici https://www.librinova.com/auteur/nadia-chakhari

Publié dans interview

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article